Comment obtenir une aide de l’état pour une rénovation énergétique ?

Une telle surconsommation est source de factures de chauffage très élevées sans que le confort thermique soit au rendez-vous pour la maisonnée. Il est donc judicieux d’entreprendre des travaux pour remédier à ces déperditions de chaleur, avec l’aide de l’État.

Les points faibles à isoler

Certaines zones de l’habitation créent un effet « passoire » et provoquent des fuites d’air chaud vers l’extérieur, au détriment des occupants du logement qui subissent cet inconfort thermique. Le toit fait partie de ces maillons faibles du logis car l’air chauffé a tendance à se propager vers le haut. Si la toiture est mal isolée, près de 25 à 30 % de la chaleur intérieure peut fuir par cette zone. Les fenêtres et les portes constituent aussi des éléments à protéger car 10 à 15 % des déperditions thermiques ont lieu à ce niveau-là Le plancher représente 7 à 10 % des fuites d’air chaud. En général, les ponts thermiques (là où l’air chaud se refroidit très vite) sont à l’origine de 5 à 10 % des déperditions de chauffage au sein de l’habitation. Il est donc primordial de réaliser des travaux avec une entreprise comme www.hellio.com.

Des aides pour votre rénovation

Une isolation efficace représente un investissement de 20 000 euros en moyenne. Cette somme peut être en partie prise en charge par l’État, à hauteur de 30 à 80 %. Cela correspond à une économie de 6000 à 16 000 euros pour le particulier concerné. Le montant de votre aide à la rénovation énergétique dépend de plusieurs critères. Le revenu fiscal est pris en compte, ainsi que le nombre d’occupants dans le foyer. Les performances énergétiques atteintes à la suite des travaux seront également prises en considération. Une rénovation énergétique rime souvent avec écologie car les énergies renouvelables non fossiles sont privilégiées pour ce type de travaux. Si vous cherchez quelles aides pour changer de chaudière sont proposées par le gouvernement, le dispositif « Ma PrimeRenov’ » devrait vous convenir. Il va remplacer progressivement le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE).

Des coups de pouce fiscaux

Une aide économie d’énergie par le gouvernement peut prendre plusieurs formes, directes ou via un rabais fiscal. Le volume situé sous le toit (habitable ou non) est particulièrement concerné par la rénovation énergétique. Une aide financière pour isolation des combles est donc prévue. Selon les situations, il peut s’agir du certificat d’économie d’énergie (CEE) ou de la “Prime Énergie”. Dans le cadre du programme gouvernemental « Habiter mieux sérénité », une aide forfaitaire ainsi qu’une prime complémentaire sont possibles sous conditions. L’objectif est de diminuer de moitié les logements très mal isolés. L’habitat vétuste consomme beaucoup d’énergie, il est donc prioritaire pour ces projets de rénovation thermique. Pour les foyers les plus modestes, non imposables sur le revenu, un crédit d’impôt pour des travaux est attribué sous forme de chèque qui rembourse un certain pourcentage du montant réglé à l’artisan.